Le Triangle dramatique de Karpman

Le triangle de Karpman, ou triangle dramatique.

C’est une représentation des relations relations entre trois rôles d’un jeu psychologique dangereux :
persécuteur, sauveur, victime, quel est votre rôle ?

Voici les 3 rôles :

  • Le Bourreau (persécuteur) Il considère la victime comme inférieure. Il est humiliant, provocateur, froid, direct, dévalorise… Il s’impose sur la victime d’une manière brutale pour son propre intérêt. C’est souvent une victime qui à décidé de se venger ou se protéger,  ou un sauveur déçu.
    Le persécuteur n’est pas obligatoirement une personne physique, cela peut être une maladie, une situation au travail, une addiction,
  • Le Sauveur Il considère que la victime est inférieure à lui, du fait de sa position de sauveur. Il ne peut s’empêcher d’apporter une aide même si on ne lui à rien demandé. Il l’étouffe, créé de l’assistanat. Cela donne une bonne image de lui, il se réjouit d’avoir quelqu’un sur qui il peut avoir le contrôle. Il n’a donc pas réellement l’envie que la situation change car il a le « bon rôle ». Il dit souvent : « Même si je n’ai pas le temps je vais m’occuper de toi », « je peux t’aider à résoudre ce problème », « c’est facile pour moi, je vais régler ça rapidement », « laisse moi m’en occuper pour toi »…
  • La Victime Elle pense être inférieure et cherche à renforcer cette croyance en cherchant un sauveur ou un bourreau. Elle attire l’attention sur elle. Comme elle donne l’image d’une personne irréprochable, tout la responsabilité est reportée sur le bourreau.
    Elle dit souvent des phrase négatives et généralisatrices : « Je fais tout bien et il me fait sans cesse des reproches »  « quoi que je fasse, il n’est jamais content »  ou  « je n’ai jamais de chance »…

 

Explication du Jeu psychologique:

A un certain moment de notre vie, on se retrouve dans ce Jeu psychologique, de manière inconsciente. Les rôles de sont pas fixes, on peut se retrouver la victime, le sauveur, ou le bourreau. Mais généralement dans ce jeu, on a pas envie que le rôle change, car chacun tire un intérêt personnel. Donc la Victime ne veut pas sortir de son rôle de victime, le Sauveur ne cherche pas vraiment à aider la victime, et le Persécuteur ne cherche pas non plus à enfoncer la victime, ils font tous semblant, comme dans une pièce de théâtre.

C’est le schéma que l’on trouve dans nombreux contes :
– Blanche-Neige, la méchante belle-mère, et le prince charmant
– Le chaperon rouge, le loup et le chasseur…

Le rôle qu’on a dans le triangle n’est pas figé :
Un Sauveur fatigué de ne pas voir la Victime le laisser agir, deviendra Persécuteur.
La Victime fatiguée de voir le Sauveur tout décider, choisira d’être Persécuteur.
Le Persécuteur adapte ensuite son rôle en fonction de ce changement :
– si le Sauveur devient Persécuteur, le Persécuteur deviendra Sauveur
– si le Sauveur est rejeté par la Victime il deviendra Victime lui-même
– la Victime deviendra Persécuteur.

On dit que si il n’y a pas de demande, il n’y a pas de thérapie pour éviter de rentrer dans ce triangle.

 

Le triangle de Karpman dans l’éducation des enfants

Le rôle des parents dans ce triangle est très important : l’enfant est une Victime (car il est dépendant) et les parents jouent tour à tour le rôle de bourreau et de sauveur (via les récompenses, les félicitations, les cadeaux, et aussi les punitions, la violence orale en criant sur plus faible…).

Le parent Persécuteur a peut-être été lui-même persécuté. Il reproduit donc ce qu’il a vécu en se montrant trop exigeant, anxieux, intolérant, répressif,… L’enfant sera donc privé de liberté, ne pourra pas montrer ses émotions, sera stressé et aura tendance à développer des complexes (notamment d’infériorité).

Le parent Sauveur sera trop laxiste et tentera sans cesse de plaire à son enfant. L’enfant deviendra capricieux, manipulateur et peu volontaire. Il ne développera pas son autonomie.

Le parent Victime est un parent infantile. Il ira même jusqu’à réclamer de se faire materner par ses propres enfants. Cette situation ne contribue pas au développement des enfants qui endosseront le rôle de Sauveur, négligeant leurs besoins au profit de la satisfaction et de la reconnaissance d’autrui.

 

Comment sortir du triangle ?

Il faut première prendre conscience que l’on est entré dans ce triangle, puis de choisir d’en sortir ! Il faut prendre garde à ne pas rentrer une relation de ce type.

Vous avez tendance à vous plaindre, vous avez tendance à sauver les autres, vous avez tendance à être agressif ?
Alors vous faites probablement parti du triangle.. Comment en sortir ?

– Pour ne plus être la victime, rester acteur de votre vie et responsable de vos actes et agissements. Ne vous poser en victime et n’attendez pas que les autres vous prennent en charge lorsque vous  êtes en difficulté.
– Aider n’est pas sauver, est-ce que la personne que vous voulez aider vous l’a demandé ? Si oui, l’effort est partagé ou vous êtes investi à 100% ? Définissez bien la limite de cette aide.
– Faites attention à vos agissements lorsque vous sentez votre colère ou lorsque vous êtes mécontent des comportements des autres. Apprenez  à communiquer sans être agressif ou trop autoritaire.

Une autre façon de sortir est de jouer en miroir le rôle de votre interlocuteur : si il est le bourreau, jouez également le rôle du bourreau !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*