Les six aveugles et l’éléphant

Cette petite histoire se passe en Inde dans une petit village reculé, par une magnifique journée ensoleillée. Six aveugles instruits et curieux, souhaitent, pour la première fois, rencontrer un éléphant.

Le premier se rapproche de l’éléphant, et touche son flanc. Il explique aux autres « Un éléphant, c’est comme un mur, grand et fort ». Le deuxième, touche une défense « Oh non, tu es dans l’erreur. Un éléphant c’est rond, lisse et dur. Un éléphant ressemble à une lance ! ». Le troisième se dirigea vers l’animal, et touche la trompe : « Je ne suis pas d’accord, l’éléphant est comme un serpent, long et qui ondule ».  Le quatrième se rapproche d’une jambe : « Un éléphant, c’est rond, grand, dur et un peux rugueux : ça ressemble bien au tronc d’un arbre ! ». Le cinquième, proche de l’oreille dit : « Un éléphant ressemble a un très grand éventail ! ». Et le sixième, attrape la queue qui balayait l’air « Je vois, dit-il, l’éléphant c’est comme une corde ! »

Les 6 aveugles rentrent dans une longue et passionnante conversation, chacun défendant sa vision de ce qu’est un éléphant. Ils ont bien du mal à se mettre d’accord… Un sage passe par là et les entends se chamailler. : « Que se passe t-il  pour que vous, habituellement instruits vous vous disputez de cette manière ? »  « Nous n’arrivons pas nous à mettre d’accord sur ce qu’est un éléphant, et à quoi il ressemble ! » Chaque aveugle explique ce qu’il a perçu donne sa perception de ce qu’est un éléphant.

Après avoir écouté chaque aveugle, le sage dit  : « Vous avez tous raison ! Si chacun de vous décrit l’éléphant de façon si différente, c’est parce que chacun a touché une partie différente de l’animal, et vous n’avez qu’une description partielle. Rassemblez l’ensemble des caractéristiques de ce que vous avez données, vous pouvez avoir une représentation de l’animal dans son ensemble»

Et tous les six ensembles, ils se taisent, heureux : chacun détenait une part de vérité, et heureux d’avoir contribué à la construction d’une réalité plus grande.

La vérité n’est jamais le résultat  d’un seul point de vue ou d’une seule perception. Une vérité nouvelle peut émerger des mises en commun des vérités individuelles. De cette mise en commun peut naître une perception  globale qui inclut et transcende l’ensemble des vérités individuelles. C’est le principe de la collaboration générative.

Nos croyances sont limités

Sur presque tout, notre connaissance demeure incomplète ; nous sommes amenés à nous forger des opinions sur des sujets dont nous n’avons que des informations partielles. Ces limites sont :

  1. Les limites spatiales et temporelles : notre savoir du monde, du passé et du futur est très partielle.
  2. Les limites culturelles : notre connaissance n’est jamais entièrement objective ; elle est filtrée par notre propre histoire.
  3. Les erreurs cognitives de raisonnement : les mécanismes d’analyse du réel provoquent des erreurs de compréhension.

De plus, suivant les préposés de la PNL, notre représentation du monde n’est pas la réalité : le cerveau crée des filtres qui biaisent notre perception du réel.

Il en existe trois :

  1. Les filtres neurologiques, qui naissent de vos cinq sens, soit la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher. Par exemple, vous n’êtes pas capable de percevoir les mêmes fréquences sonores qu’un dauphin et donc d’entendre tous les sons qu’il peut émettre ;

  2. Les filtres culturels. Il s’agit des valeurs que vous partagez avec les groupes auxquels vous appartenez. En fonction de ce que vous pensez savoir, vos valeurs influencent souvent votre vision d’une situation donnée ;

  3. Les filtres personnels, c’est-à-dire votre expérience de vie, votre patrimoine social et éducatif. Ils conditionnent également vos réactions et ont un impact sur votre interprétation de la réalité.

En conclusion

Rappelons nous que notre savoir du monde n’est toujours qu’approximatif, et ne reflète pas la réalité. Nous avons toujours une vue partielle d’un sujet.

Nous construisons ainsi notre propre réalité, notre propre vision du monde selon notre expérience, notre vécue, notre histoire. Quel que soit le sujet, soyons curieux de connaître l’avis des autres ; il n’est pas ni juste, ni mauvais, il est simplement différent du notre.

 


Frédéric Garcia - Hypnose ValenceFrédéric Garcia – Praticien Hypnotiseur à Valence, Drôme
Hypnose / PNL / RITMO (EMDR)
 » Apprendre, c’est avoir l’humilité de découvrir qu’on ne sait rien. »

 

Frédéric Garcia, passionné par l’hypnose, la programmation neuro-linguistique, le développement personnel exerce son activité de praticien en thérapie brèves dans la Drôme, près de Valence. Curieux de tout, il se propose de partager en toute simplicité ce qu’il peut glaner au fil de ses lectures, ou lors de partages de son expérience en cabinet. La culture est une arme, pour rêver d’une humanité ou tout le monde à sa chance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *